Si des spectateurs se passionnent à des incidents qui nous paraissent d'une damnable mesquinerie, c'est que, pour eux, doués de simples facultés végétatives, ces incidents, tout minuscules, ont l'importance du rare et de l'exceptionnel. Ils sont émus par la dramaturgie baveuse d'un Augier, comme nous par les dialogues philosophiques d'un Ibsen, et les romances de M. Déroulède leur donnent une impression esthétique aussi forte qu'à nous les sonnets de M. Mallarmé. Tout est relatif. Pénétrez-vous de cette vérité. Méprisez les imbéciles, mais ne méprisez pas le plaisir des imbéciles. Les gens, après tout, ne doivent se réaliser que selon leur nature ; on se chatouille avec ce qu'on peut ; on s'enivre de ce qu'on peut : il faut s'enivrer, voilà l'essentiel.



Notice

1° Edition originale : Le Désarroi, roman inédit, postface de Nicolas Malais, Editions du clown lyrique, 2006.

2° Recensement des exemplaires :


Echos

« Le Désarroi de Remy de Gourmont. Un roman inédit », La Manche libre, édition de Coutances, 3 septembre 2006, p. 9

Jean-Baptiste Baronian, « Merveilleux Gourmont », Le Magazine littéraire, septembre 2006, p. 21

« Le Désarroi de Remy de Gourmont. Un roman inédit », Le Magazine du bibliophile, septembre 2006, p.

Invitation


Pour en savoir plus, pour lire les premières pages, pour commander : Editions du clown lyrique