Notice

Les Ennemis de l'Art d'écrire. Réponse aux objections de MM. F. Brunetière, Émile Faguet, Adolphe Brisson, Rémy de Gourmont, Ernest Charles, G. Lanson, G. Pélissier, Octave Uzanne, Léon Blum, H. Mazel, C. Vergniol, etc., Librairie universelle, 1905.


TABLE DES MATIÈRES

I. Apprend-on à écrire ? Les objections contre l'art d'écrire. Le but de notre enseignement. Ceux qui l'ont compris. Le titre : En vingt leçons. Ce que nous enseignons. Plaisanteries et prétentions. Signification de ce titre. Une objection de M. Adolphe Brisson. Un monsieur grincheux. Une objection personnelle.

II. Les réfutations de M. de Gourmont. Un sophiste et un semeur de doutes. M. de Gourmont jugé par M. Faguet. Le renanisme littéraire. Les éloges de M. de Gourmont. M. Pierre Brun et les deux méthodes.

III. Ce qu'on nous fait dire et ce que nous avons dit. « La lecture est inutile. » « Le goût n'existe pas. » Bouvard et Pécuchet. Les auteurs et le goût. Les beautés littéraires. La physiologie de M. de Gourmont.

IV. Un contradicteur inexact. L'imitation condamnée. Opinions qu'on nous prête. Imitation ou transposition ? Ce que nous n'avons pas dit. Qu'est-ce que sentir ? Deux sortes de styles. Théorie de l'originalité. Le vrai style d'après M. de Gourmont.

V. L'art et le métier. Faut-il écrire simplement ? Faut-il écrire sans rhétorique ? Vaines objections. Théorie des mots ordinaires. Le style doit-il être spontané ?

VI. M. de Gourmont et Taine. M. É. Faguet et la théorie de Taine. La formation littéraire de Taine. Le témoignage personnel de Taine. Taine et l'enseignement du style.

VII. Homère et M. de Gourmont. Homère « intraduisible ». L'imitation d'Homère. Homère et la Chanson de Roland. Les erreurs de M. de Gourmont. Invente-t-on les descriptions ? Reproches ridicules.

VIII. Bernardin de Saint-Pierre exécuté. Les critiques récusés. Le cas de Fénelon. Un défenseur grincheux de Fénelon. Un mot de Louis Veuillot. Les œuvres banales peuvent-elles réussir ? D'accord avec Bossuet. Télémaque et M. É. Faguet.

IX. L'acharnement de M. de Gourmont. Reproches risibles. Négation du travail. Accusations fausses. Objections sur Bossuet et sur Pascal. Opinion de Vinet. Faussetés manifestes. Respectons Stendhal. Encore le travail. Les aveux de M. de Gourmont.

X. Les inquiétudes de M. Léon Blum. La critique des ratures. Apologie de l'inspiration.

XI. Les minuties de M. Pélissier. Une opinion plus autorisée. Les énormités de M. Uzanne. Faussetés et naïvetés. L'enseignement fantaisiste de M. Uzanne.

XII. M. Ernest Charles aimable et batailleur. Une fausse accusation. « Le travail ne prouve rien ». Nécessité des ratures. Un ironiste.

XIII. M. H. Mazel contre les ratures. La vraie théorie des corrections. Est-on ou devient-on original ? L'excès du pittoresque. Mise au point.

XIV. M. Brunetière et l'art d'écrire. Une conférence sommaire. M. Brunetière et les qui et les que. Parti pris et silence de M. Brunetière. M. Brunetière et la théorie des métaphores. M. Brunetière et l'inutilité du style. Exposition superficielle. L'art d'écrire, d'après M. Brunetière. M. Brunetière désavoué par M. Brunetière.

XV. M. Émile Faguet et les ratures. L'apothéose de la rature. Principes de M. Émile Faguet sur le travail. Les objections de M. É. Faguet. Atténuations et distinctions George Sand et M. É. Faguet. Les corrections de Chateaubriand. Conclusion de M. Faguet.

XVI. La question des images. Les métaphysiciens du style. La théorie et la pratique. Reproches immérités. Enseigne-t-on à créer les images ? La preuve par les écrivains.

XVII. La question des clichés. Les objections. Mise au point des objections. MM. de Gourmont et Vergniol. Principe général. Les mauvais clichés. L'usage des clichés.

XVIII. Confession personnelle. Résumé de notre enseignement. Son utilité pratique.

Conclusion.

Appendice.

Echos

G. L., « Les Ennemis de l'Art d'écrire », Le Mois littéraire et pittoresque, février 1907, p. 53

LES ENNEMIS DE L'ART D'ECRIRE, nouvelle édition, par M. ANTOINE ALBALAT. Un vol. in-12 de 326 pages, 3 fr. 50. Librairie universelle, rue de Provence, Paris.

L'Art d'écrire enseigné en vingt leçons et les deux volumes par lesquels M. Albalat a achevé d'exposer et de corroborer sa thèse ont été l'objet de critiques si nombreuses et parfois si violentes, que l'auteur, de peur que son silence fût mal interprété, a cru devoir se justifier longuement et donner, par sa réfutation, de nouvelles précisions à son enseignement du style. Il répond donc point par point aux objections de MM. Brunetière, Faguet, Brisson, Remy de Gourmont, Ernest Charles, G. Lanson, G. Pélissier, etc. Il me semble que s'il n'attache pas toujours assez de prix au style naturel il a pour lui le bon droit, lorsqu'il prétend que, pour les quatre-vingt-dix-neuf centièmes d'entre nous, la rature, la refonte, le travail du style sont choses indispensables. Ses adversaires n'ont pas toujours bien compris sa doctrine littéraire et ils ont trop appuyé sur ce qu'elle avait d'un peu systématique et forcé. A tout prendre, son Art d'écrire est excellent et peut rendre d'appréciables services. G. L.

Erik Le Brun, « Remy de Gourmont contre L'Art d'écrire », Nouvelle Imprimerie Gourmontienne n° 1, automne 2000, p. 48-53

Alfred Mortier, « L'art d'écrire », La Nouvelle Revue, mars-avril 1925, p. 353-361



Souvenirs de la vie littéraire, nouvelle édition augmentée d'une préface-réponse,
Crès, 1924 (première édition : Fayard, 1920).


TABLE DES MATIÈRES

Les Jeudis d'Alphonse Daudet.
Les Samedis d'Heredia.
Jean Moréas et le Café Vachette.
Emile Faguet intime.
Les familiarités de Jules Lemaitre. Frédéric Mistral et Paul Mariéton.
Guy de Maupassant et sa mère. La nièce et les amis de Gustave Flaubert.
Mme Juliette Adam et ses amis, Paul Bourget, Loti, Aicard, etc. Mlle Read et François Coppée. Un début au Gil Blas.
Un début dans le roman-feuilleton. Les opinions de Remy de Gourmont. Un correspondant original.


A consulter : Antoine Albalat.