clic !

Notice

1° Edition originale :

Une nuit au Luxembourg est un in-18 publié par le Mercure de France en 1907. Apparition annoncée dans le numéro de la revue du 15 octobre 1906, p. 639.

2° Autres éditions :

In-8°, Editions du Sagitaire, chez Simon Kra, 1923, illustrations en couleurs de Serge Beaune

Il a été tiré : 15 ex. sur papier impérial du Japon contenant une suite sur Japon des illustrations en noir et 1 aquarelle originale, numérotés de 1 à 15 ; 15 ex. sur Japon impérial contenant une suite sur Japon des illustrations en noir, numérotés de 16 à 30 ; 50 ex. sur vélin de Hollande, contenant une suite sur vélin de Hollande des illustrations en noir, numérotés de 31 à 80 ; 425 ex. sur vélin teinté, numérotés de 81 à 505. Achevé d'imprimer le 18 janvier 1923 par Frazier-Soye

In-8°, André Plicque, 1925, bois de Cosyns, tiré à 750 exemplaires
In-12, chez Claude Aveline, éditeur, Paris,1926, nouvelle édition ornée de compositions originales gravées sur bois par F. Siméon, tirée à 650 exemplaires mis dans le commerce et XLI exemplaires hors commerce
Ubacs, 1988, présentation de Dominique Sineux
L'Arbre Vengeur, 99 rue Mandron, avant-propos de Serge Koster, 2003, 144 p., 12,50€

Numérisé par Thierry Gillyboeuf.

A night in the Luxembourg, préface et appendice de A. Ransome, Londres, S. Swift, 1912 [avec une gravure de Vibert ?] et New-York, The Modern Library, 1926

Shinjin mondô [avec un portrait de J. F.] , présenté et traduit par Gian Ishikawa, Tenyûsha, 1918

A night in the Luxembourg, John W. Luce and Company, Boston, 1919

Philosophic Nights in Paris, John W. Luce and Company, 1921

Una notte al Lussemburgo, traduit par V. Bondois et présenté par Giovanni Papini, Milan, Facchi, 1919

Una noche en el Luxemburgo, Ed. Bibliotheca Nueva, Madrid, 1924

Una noche en el Luxemburgo, traduction de Julio Gómez de la Serna, postface de Ramón Gómez de la Serna (« Remy de Gourmont, el obispo espúreo »), couverture de Diego Lara, Nostromo Editores, Ediciones Alfaguara, Avda de América, 37. Madrid-2, 1977

Una noche en el Luxemburgo, Ed. Trama, Madrid, 2008

3° Envois :

... exemplaire non coupé.

Librairie Saunier, Paris, décembre 2002.

4° Recensement des exemplaires  (« Trois exemplaires sur Japon impérial numérotés de 1 à 3. Quinze exemplaires sur papier de Hollande, numérotés de 4 à 18 ») :


Echos

UNE NUIT AU LUXEMBOURG

par Rémy de Gourmont (Mercure)

Voici un conte qui rappelle ceux que Remy de Gourmont écrivait autrefois. A vrai dire, l'auteur a été rarement mieux inspiré. Son livre est plein de fantaisie, d'esprit et de sagesse. Une agréable invention y est mêlée avec beaucoup de choses sérieuses, seria multa. Enfin, l'intrigue en est séduisante et mystérieuse, comme il convient. Nous n'essaierons pas de la développer, et nous ne tenterons pas davantage d'expliquer les idées philosophiques auxquelles elle sert de cadre.

M. de Gourmont qui nous présente le Christ d'une part, un journaliste américain et quelques jeunes femmes de l'autre, n'a pas craint de donner parfois à l'honnête conversation de ces personnages une tournure assez voluptueuse (L'Ermitage, 15 novembre 1906).

Huysmans, à qui Rachilde disait que La Nuit au Luxembourg était un blasphème sublime, répondait : — Mais il n'a pas le droit de blasphémer puisqu'il ne croit à rien (A. David).

Même s'il ne restait de lui que « Une nuit au Luxembourg » ce serait assez pour faire vivre indéfiniment son nom. Que son ombre soit donc apaisée ! Gourmont, de par cette « Nuit au Luxembourg », bravera le temps futur (H. Mazel).

[...] à la suite de Huysmans, son ami de la première heure (plus tard ils se refroidirent) il s'était épris de la littérature des hymnes d'Eglise, et il leur avait consacré son premier grand livre « Le Latin Mystique ». Mais l'aiguillon des passions charnelles qui, chez Huysmans, avait fini par s'émousser sous l'action de la maladie et de la souffrance, s'était aiguisé et envenimé chez lui ; aussi, au lieu d'évoluer vers la conversion comme l'auteur d' « En route », s'était-il enfoncé dans un éréthisme antichrétien qui lui a fait écrire un livre « Une nuit au Luxembourg » qui a dû contrister beaucoup d'âmes pieuses (H. Mazel).

Certains de ses ouvrages, la Nuit au Luxembourg par exemple, sont d'une originalité éclatante, que l'on ne peut rapporter à aucun maître, bien qu'ils portent en eux-mêmes les marques du combat de l'instinct contre le joug de la civilisation, dont la lutte commença en même temps que naquit la société, et dont le souci est fixé au fond de la plupart des oeuvres d'inspiration élevée ; il est contenu ici dans une ravissante imagerie singulièrement étonnante (André Rouveyre, Souvenirs de mon commerce).

Dans un P.-S. — Paul Souday, — de 1922, je vois que mon bon maître et ami trouvait ce « roman » gâté par une certaine gaucherie. Jugement assez déconcertant, de la part de ce consciencieux ; car Une Nuit au Luxembourg n'est pas un roman, d'abord. C'est un dialogue philosophique, du Platon antireligieux, entrelacé de scènes érotiques. Ce n'est pas la gaucherie qui frappe. Hélas ! C'est à mon sens un goût détestable ; et des idées bizarres ou fausses à foison. Je l'examinerai d'un peu près. Il me semble qu'il ne faudrait pas laisser la légende s'établir d'un chef-d'œuvre représentatif. Pour moi, c'est du moins bon Gourmont... (Robert Kemp).

Remy de Gourmont nous invite à retrouver la joie païenne, l'innocence première, à chercher le repos dans la pure délectation sensuelle. Il nous montre pour modèles, dans sa Nuit au Luxembourg deux amants, dont l'unique satisfaction consiste à « jouer avec leur corps », mais Remy de Gourmont s'illusionne. Il reste, lui-même, intoxiqué du poison syrien et préoccupé du péché. Le corps n'est pas relevé de son exil infâme. Il flotte toujours autour de ses joies une odeur de carnage et de bûcher, un reflet des brasiers de l'enfer (Ernest Raynaud).

« Bibliographie », L'Ermitage, 15 novembre 1906 [voir ci-dessus]
Jules Bertaut, « Les livres », La Revue hebdomadaire, n° 48, décembre 1906, p. 87-89
R.-L. Doyon, « Le Christ aux romans », Les Livrets du Mandarin, 4e série n° double, 4 et 5, La Connaissance, s.d. (1942) & 5e série n° 5, étrennes 1957-1958
Renée Dunan, « Les Modes spirituelles (XII). Une Nuit au Luxembourg , par Remy de Gourmont », Le Thyrse, tome XXIIe, 27e année, 1925, p. 212
L'Ecolâtre, « Echos et on-dit des lettres et des arts », L'Europe nouvelle, n° 40, 12 octobre 1918, p. 1925 ; n° 42, 26 octobre 1918, p. 2021
Émile Godefroy, « Une nuit au Luxembourg », Les Cahiers de l'Université populaire, janvier 1907, p. 612-614
P. K., « Une nuit au Luxembourg, de Remy de Gourmont », Le Monde des livres, vendredi 28 mai 2004, p. 5
Robert Kemp, « Rémy de Gourmont » [1946], La Vie des livres du Mandarin, Albin Michel, 1955
Jean-Louis Meunier, « Du bon usage de la science romanesque », Cahier de l'Herne, mars 2003, p. 69-78
Francis de Miomandre, « Remy de Gourmont. Une Nuit au Luxembourg », L'Art moderne n° 49, 9 décembre 1906, p. 388-389
Cleveland Palmer, « Six Books of the Month. V. Remy de Gourmont’s Une nuit au Luxembourg », The Bookman, janvier 1913, p. 575-577
Rachilde, « Une nuit au Luxembourg », Mercure de France, 15 octobre 1906, p. 579-581

clic !

Lefase en Le Temps del 13 de febrero de 1906 :

«Necrología. Nos comunican la muerte repentina de nuestro companero de la preñsa extranjera, M. James Sandy-Rose [...]»


Une nuit au Luxembourg (Revue du vrai et du beau, n° 121, 10 septembre 1928, p. 21)

Texte

Gallica